Saint-Pétersbourg, mon Amour

On se fait toujours des idées exagérées de ce qu’on ne connaît pas.

(Albert Camus)

Nous arrivons à Saint-Pétersbourg dimanche soir, c’est notre premier point de chute. Dans le taxi, je remarque déjà le magnifique coucher de soleil que nous sommes en train de manquer. « Nous en aurons bien d’autres en huit mois ! », me dit Quentin. Oui, mais quand même, je râle ! 😉

Le taxi nous dépose dans une rue où il n’y a…rien ; nous rions. Finalement derrière une porte noire sans enseigne, il y a bien notre auberge de jeunesse. Déco rock-and-roll façon années soixante, chambre correcte, salon et cuisine commune chaleureuse, c’est la première belle surprise de Saint-Pet’ (#pourlesintimes).

IMG_5093
Baby Lemonade Hostel, Injernernaya Ul. 7

Après notre soirée de départ surprise (#meilleursamisdumonde), je n’ai qu’une hâte : me coucher ! Mais impossible pour Quentin de dormir le ventre vide… Nous entrons donc dans le premier restaurant trouvé : Bon, stylé, abordable. Je me dis que vraiment, je vais aimer cette ville.

FullSizeRender
Jack and Chan, Injernernaya Ul. 7

J’imaginais la Russie dans son jus, mais Saint-Pet’ est remplie de hipsters barbus, de cafés hygge et de restos veggie. Finalement, les Saint-Pétersbourgeois me paraissent encore plus bobos que les parisiens ; et heureusement, j’ai mon ciré jaune pour me fondre dans la masse. 😎

Nous passons notre première journée à visiter les Églises : Saint Isaac, Notre-Dame de Kazan et coup de coeur pour l’Église du Saint-Sauveur sur le sang versé, dont l’intérieur est recouvert de mosaïques colorées (photo de couverture de l’article).

FullSizeRender 3.jpg
Notre-Dame de Kazan

Premier déjeuner russe, premier boeuf Strogonoff pour Quentin chez Zoom Café. A nouveau, bon, stylé, abordable. Et même plus, je suis fan.

IMG_7333
Zoom Café, Gorokhovaya Ul. 22

Le lendemain, c’est la journée des musées. Pour les affronter, nous prenons le petit-déjeuner dans la fameuse pâtisserie saint-péterbourgeoise. C’est bon mais c’est cher.

FullSizeRender 2
Bushe, Malaya Morskaya Ul. 7

Nous choisissons de visiter l’Ermitage et laissons de côté le Musée Russe. C’est beau, c’est grand, c’est long…

IMG_5036

IMG_5073
Musée de l’Ermitage

Puis direction la Kunstkamera, le musée d’ethnographie et d’anthropologie, où Quentin veut étudier la collection d’anatomie et de tératologie (foetus et animaux difformes pour les novices comme moi ^^). C’est… intéressant ! 🙃

IMG_5062
Kunst Kamera sur les berges de la Neva

Nous nous mettons enfin à la recherche du Museum of Soviet arcade machines, où l’on peut tester les jeux d’arcade de l’aire soviétique ; adresse trouvée le matin même en lisant des blogs. C’est bien caché et nous réalisons que les façades de Saint-Pet’ brillent mais qu’une fois le porche passé, les bâtiments ont encore bien besoin de rénovations. Le lieu est à l’image de la ville, jeune et décalé. Nous retombons en enfance l’espace de deux heures ; et on déguste même une limonade old school datant de l’URSS.

IMG_5086 IMG_5078

IMG_5084
Museum of Soviet arcade machines, Konyushennaya Sq. 2b

A nouveau, je rêve de mon lit. Mais la nuit, la ville se divise, les ponts se lèvent pour laisser passer les chalutiers : phénomène à voir. Il est 1h15, il fait froid et les ponts n’ont toujours pas bougé… LOL. Bon, c’est vrai, finalement, c’est assez majestueux.

IMG_8205

IMG_5178
Pont du palais

Dernier jour à Saint-Pet’, nous nous baladons dans la Forteresse Pierre et Paul, berceau fondateur de la ville, avant de se poser sur la plage au bord de la Neva. Nous goûtons la spécialité culinaire : la friture d’éperlan (je rassure les doubistes : pas aussi bonne que la friture de carpe 😋).

IMG_7340

IMG_5189.jpg
Kryushkava, Petropavlovskaya krepost 3

Sur des blogs encore, j’ai déniché un lieu où se rencontrent de jeunes artistes dans un immeuble désaffecté : Art Cluster Architector. Nous cherchons, cherchons… C’est aujourd’hui un hôtel de luxe… Tristesse et déception.

Nous nous rabattons sur Etagi : Ancienne boulangerie industrielle où se mélangent galeries, boutiques, cafés, street-food sur 5 étages. C’est un vaste Ground Control. J’adore et en même temps, je me sens has-been parmi ces russes ultra-branchés tous plus jeunes que moi.

Sans titre.jpg
Loft Project Etagi, Ligovsky Pr. 74

Nous finissons en beauté. D’après le Lonely, assister à un ballet au Mariinsky 2 est une chance. Il y a les meilleurs musiciens du monde, les meilleurs danseurs du monde et la meilleure acoustique du monde (#toujoursplus).  Je me connecte sur leur site en me disant que nous aurions pu préparer un minimum ce début de périple… Il reste 2 places pour Casse-Noisette de Tchaïkovski en « Tsar box » mercredi soir à 19 heures ; notre train est à minuit : Parfait ! Quentin, raisonnable, me dit « Trop cher ! » ; mais nous n’avons qu’une vie et nous ne reviendrons peut être jamais à Saint-Pet’ alors je nous les offre.

Attention minute culture : Casse-Noisette a été joué pour la première fois en 1892 au… Mariinsky !

FullSizeRender 4
Casse-Noisette de Tchaïkovski au Mariinsky

Sans exagérer, c’est féérique !

Quentin me dit : « Finalement, la danse c’est moins barbant que ce que je pensais ! ». Je lui dis « Finalement, la musique classique c’est moins rasoir que ce que je pensais ! ». Et pour une fois, nous sommes d’accord !

Marie 😘

P.S. : Je vous écris du train, 16 heures avant d’arriver à Perm. Sur les 53 personnes qui m’entourent, aucune ne ronfle actuellement, je sens que c’est le moment : Bonne nuit !

Une réflexion sur “Saint-Pétersbourg, mon Amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s