Antigua, sous le joug des volcans

Si les hommes ne dansaient pas sur les volcans, je me demande où et quand ils danseraient ; l’important est de bien savoir qu’on a le volcan sous les pieds afin de goûter son vrai plaisir d’homme libre.

(Jacques Perret)

Après un petit mois passé en compagnie des mariachis et des avocats, il est temps de quitter le Mexique pour rejoindre le Nicaragua où un rendez-vous nous attend à Noël. On a pris du retard sur la route et on n’a malheureusement que quelques jours pour traverser les trois frontières qui nous séparent du plus grand  pays d’Amérique Centrale.

On ne peut donc malheureusement ne faire qu’une seule vraie halte. On choisit rapidement de s’arrêter à Antigua, au Guatemala,  afin de passer une journée à la visiter pendant la visite de santé du van dont les suspensions et les freins montrent des signes de fatigue après les routes et les fameux tope (dos-d’âne) mexicains…

Cette première frontières réellement centro-américaine n’a plus rien à voir avec l’immense frontière immaculée que nous avions traversée 3 fois un mois plus tôt en quittant les États-Unis pour gagner Tijuana.

Ici, la plupart des passages se font à pied et on a affaire à des centaines de travailleurs, familles et enfants qui semblent nous faire comprendre, à nous et aux autres automobilistes, que la route est tout autant réservée aux 4×4 qu’aux mules ou qu’aux brouettes.

60f4+xfwTNGONFYpqoylYw_thumb_16a.jpg
Première frontière centro-américaine

C’est la première d’une longue liste de frontières où l’on apprendra à demander les mêmes choses en espagnol puisqu’à partir d’ici plus personne ne comprend les plus simples mots d’anglais…

On mettra un peu de temps à rejoindre les bâtiments officiels, et après avoir attendu plusieurs heures la réalisation de notre permis d’importation au son électronique d’un « Jingle Bells » sans fin provenant d’un sapin Noël en plastique multicolore, on reprend la route.

Comme toute grande ville touristique, il ne fait pas bon de garer la voiture n’importe où, et a fortiori de dormir n’importe où. Lors de nos recherches de campement, on découvre avec étonnement et soulagement que la police de la ville possède une branche touristique dédiée à la sécurité des touristes et au bon déroulement de leur séjour ; est-ce censé nous rassurer ?  Elle met en tout cas à disposition un grand parking, surveillé par ses soins et plutôt bien placé.

On arrive de nuit et on est donc vraiment chanceux de pourvoir être hébergé par les forces du pays, après une courte balade et un repas 100% tipicos avalé en dix minutes.

Le lendemain, une journée complète s’offre à nous pour visiter la ville tranquillement, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Rues pavées, maisons colorées, bâtiments coloniaux et volcans : on comprend l’attrait d’Antigua sur les touristes…

yrYC7j3wTriL4%irP2OhPQ_thumb_16c.jpg
Bienvenue à Antigua

Ancienne capitale du pays, aujourd’hui détrônée par la plus terne mais plus sûre Guatemala Ciudad, elle a été fondée au 16ème siècle mais fut par plusieurs occasions ravagée par les séismes et les éruptions, entourée de trois volcans (Agua, Fuego et Acantenango) toujours en activité.

Restent donc par endroit des ruines qui font resurgir son fort passé colonial et prendre conscience de sa fragilité. Ces illustres bâtiments nous occuperont donc une grande partie de la journée.

L’Église de la Merced, tout en stuc blanc sur fond jaune, matérialise bien la mouvance baroque de l’époque.

vGTZPVXfTRS3VdOjrjG7VA_thumb_178.jpg
Vous avez dit « un peu chargé » ?

À l’intérieur, la court centrale présente une fontaine monumentale en forme de nénuphar, mais c’est en gravissant les marches qui nous séparent du toit, qu’on pourra profiter du panorama.

YrKOgdlmQuKZFaWYhcQhiQ_thumb_17e.jpg
Terrasse
fEyw5GWEQqmRevM9yMlkAg_thumb_189.jpg
27 mètres de diamètre !

Moins conservée et moins visitée, l’Église San Augustin fut en son temps le plus important lieu de culte d’Antigua. La façade a miraculeusement résisté aux tremblements de terre et dans sa partie supérieure, au niveau de la coupole, on peut apercevoir la statue de San Augustin. L’accès à l’église est malheureusement interdit au public…

5Okx%3vDTLe6taZARGizTw_thumb_16b.jpg
Saint-Augustin pointant le ciel…

Les jardins de l’ancien collège de la Compañía de Jesús, transformés en centre culturel, proposent des expositions et une halte bienvenue en milieu d’après-midi.

BOhU6QcRReO8VciLBIy%Lg_thumb_16f.jpg
Un peu d’ombre…
57m1rhm6SvGey8HQpI07Xg_thumb_170.jpg
…et de détente 

Un peu plus loin, l’Hôtel de ville, sur la Place des Armes, est le seul bâtiment qui a su rester debout après tout cet acharnement naturel.

o4fw4FNpQiOirft5phq2nQ_thumb_16d.jpg
Drapeaux du pays et de la ville

Il en est tout autre pour l’antique église qui lui fait face : la Cathédrale de Santiago. Elle constitue (malheureusement) le clou du spectacle. Détruite en 1773, seule la paroisse de San José a été reconstruite, dont on peut admirer la façade depuis la Place des Armes.

A+JpCeowTqW+9vIQkDh9Rw_thumb_179.jpg
Paroisse San José

L’arrière se compose de gigantesques ruines : ne persistent plus que quelques colonnes et quelques arches. La végétation s’est peu à peu insinuée entre les briques et l’ambiance dégagée par l’ensemble en cette fin de journée est incomparable…

GcqrfccQSgGWdTOC4gue8w_thumb_17b.jpg
Les restes de la cathédrale…

cw83O8yHTSubEoB474qwcA_thumb_182.jpg

acJlzaYGQ92RW7ncMLXSvw_thumb_187.jpg

JvVPzRWeSQi41xO9nVbRKw_thumb_188.jpg

Entre temps, il aurait été dommage de louper un des endroits les plus photogéniques de la ville… Quelque part dans la 5a Avenida Norte, au pied de l’arche de Santa Catalina, tout le monde se donne rendez-vous, touristes et locaux, pour admirer le volcan Agua menaçant la ville couvert par son horloge, comme en guise de décompte avant le prochain cataclysme…

%snKYDH4TlmfFU3pDgejhQ_thumb_172.jpg
Tic, tac…

Non loin de là se situe l’immense centre d’artisanat de la ville, nous permettant d’acheter quelques souvenirs, et de découvrir certaines étranges figures du pays. On rencontre alors Maximon (encore appelé San Simon), sorte d’adaptation de Saint Simon catholique à la mythologie maya.

Invétéré fumeur et buveur, « premier transgresseur de la morale qu’il est censé garder pour sauvegarder l’ordre sexuel dans le village » d’après la légende, c’est le protecteur des alcooliques, des fumeurs et des prostituées. Il est vénéré dans de nombreux villages de l’ouest, qui créent des poupées géantes à son effigie, bouteille d’alcool en main et cigarette aux lèvres…

Puis vient El Borracho, que vous pouvez traduire en substance par « l’ivrogne », étrange figure qui montre ironiquement le problème d’alcool qui règne dans ce pays, où l’image d’un homme ivre dormant cassé en deux sur le bord du trottoir est assez courante… Enfin, El Gran Gotzilla, l’emblème d’une ancienne marque de feu d’artifices, est devenu culte et un symbol de fête dans ce pays qui offre des spectacles pyrotechniques à la moindre occasion…

On termine la journée déjà bien remplie par une vraie fondue suisse dégotée dans un petit boui-boui tenu par un ancien genevois. Pendant quelques heures on se croit un peu en vacances d’hiver, réchauffé par la flamme de la fondue, le vin blanc et la bonhomie du patron qui nous demande si on veut qu’il « nous balance un oeuf là-d’dans » à la fin du plat…

On sera à nouveau sous la surveillance de la fameuse police du tourisme pour une nuit supplémentaire et on partira le lendemain en direction du Salvador.

Au départ brève halte de repos et de réparation du van, Antigua reste finalement comme un des coups de coeur du voyage, fragile mais pas complètement brisée malgré la constante menace des trois gardiens qui la toisent en fumant.

J+4NM76dQ92sdPLS4SRMuA_thumb_186.jpg

Quentin

P.S. : La première barre chocolatée a été inventée au Guatemala, mais malgré la bonne qualité du cacao, je resterai fidèle à celles des USA 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s