Noël au Nica (par Anaïs & Julien®)

« Le bonheur c’est d’être heureux, ce n’est pas de faire croire aux autres qu’on l’est. »

 (Jules Renard)

Le Nicaragua ?! Quoi ? – Bon on avoue, ce n’était pas tellement la destination qui nous faisait rêver au début… Quand Marie et Quentin nous ont proposé de venir les rejoindre lors de leur aventure pour les fêtes de fin d’années, il était plutôt question du Mexique. D’ailleurs, on se voyait déjà faire Noël à Cancun en maillot de bain ! #cliché (Chose que nous avons réalisé par ailleurs, haha !) Finalement, gros coup de cœur pour ce merveilleux pays : on vous explique.

Tout simplement magnifique, naturel, très peu touristique et surtout une incroyable différence entre la capitale, Managua, urbanisée et très polluée où l’on retrouve tous les codes de l’occident, de l’urbanisation aux fast-food ; et à l’inverse, la campagne nicaraguayenne, sans accès aux routes, que des pistes, et une pauvreté marquée par le manque d’eau potable et le défaut d’électricité à certains endroits. Charrettes, bœufs, cochons et maisons en briques avec toit en tôle ondulée : Le décor est planté.

IMG_0294
Ici, la nature est partout !

Mais attention, contraste :

IMG_0395.JPG
Lac de Managua, le plus pollué d’Amérique !

23 décembre – Les retrouvailles… Après un retard d’avion pour nous et un accrochage sur un parking pour eux, nous nous retrouvons dans un hôtel de la banlieue de Managua en plein milieu de la nuit. On était vraiment heureux de les voir bronzés et détendus, et pour nous les vacances commençaient ! La nuit fut courte, nous avions beaucoup de choses à nous raconter… enfin… eux bien plus que nous.

photo 1
Visite guidée du van pour Anaïs

24 décembre – Découverte du petit déjeuner nicaraguayen : gallo pinto (riz et haricots frits), œufs brouillés et bananes plantains. C’était le premier d’une longue liste de petits déjeuners salés plutôt sympathiques, mais qui finirons par nous lasser avec le temps.

IMG_0033
Pendant l’achat de l’assurance auto…

Ensuite nous voici sur le départ pour le Somar Surf Camp & Lodge, non loin de Léon, avec un passage obligé par les fameuses pistes nicaraguayennes. Nous découvrons la sensation d’être assis sur une machine à laver en fonctionnement, avec autour de nous les éléments du van qui volent dans tous les sens. Plusieurs moments de franche rigolade avec Marie au volant, lorsque nous passions sur de grosses bosses et que Anaïs et Quentin, assis à l’arrière du van, faisaient des bonds de deux mètres.

Arrivés au surf camp, nous découvrons un lieu calme, relax, dont le maitre mot est prendre son temps et profiter. Quentin et Marie installent le van, nous découvrons notre bungalow avec vue sur l’océan, wahou…

photo 3
Le vis-à-vis du bungalow

La nuit tombe, c’est le réveillon de Noel, une grande table se dresse pour l’occasion et nous nous retrouvons tous ensemble, tous pays confondus à partager le repas du réveillon (qui sort un peu de l’ordinaire pour nous : poisson grillé, fruits, riz). Enfin quand je dis tous ensemble, j’oublie qu’Anaïs était… tadam… malade ! Pour ceux qui la connaissent, chaque soirée d’événement est passée au dessus de la cuvette des toilettes. 🤮Ce n’était donc pas une surprise, mais à la différence de d’habitude, elle n’avait pas mangé. Merci aux médicaments anti-paludisme… (Chloroquine pour les intimes.)

photo 2
Les coulisses du vlog de Marie 

25 décembre – Nous sommes réveillés tôt, jour de Noël oblige, enfin surtout décalage horaire oblige. Anaïs est remise. Echanges de petits cadeaux et chill toute la journée : plage, farniente et bodyboard au bout du monde. Que demande le peuple ?

Marie et Quentin nous avouerons plus tard qu’ils ne s’étaient jamais autant reposés qu’en étant avec nous. Compliment ? Ils avoueront aussi qu’ils en avaient bien besoin…

photo 5
Feliz Navidad !

26 décembre – C’est le moment du départ du surf camp, avec déjà des étoiles plein les yeux ! Direction le centre de Leon pour une visite de cette ville coloniale typique, assez touristique, avec une belle architecture et une utilisation surhumaine du klaxon.

Repas dans une boulangerie française et visite des nombreuses églises que compte la ville, Quentin ne manquant pas à chaque étape de nous faire un petit bilan culture. En parlant culture, nous osons nous perdre dans le musée des histoires et légendes nicaraguayennes (qui en fait se trouve dans un ancien lieu de torture, un peu glauque on va dire…).

photo 6
Cathédrale de Leon
photo 7
Quentin, guide touristique de l’étrange au Musée des traditions et des légendes.

27 décembre – Nous partons faire de la luge sur un volcan ; je passe le fait que pour y accéder, nous passons encore par des endroits dignes d’un safari. Arrivés au pied du volcan, nous récupérons notre matériel de glisse : des luges pour tout le monde sauf pour Marie qui a décidé de se la jouer surf. Et bien-sûr combinaisons, lunettes de protection et gants.

Et nous voilà partis pour une heure d’ascension, ballotés par un vent du tonnerre (le mistral peut aller se rhabiller).

photo 8
Marie à la réception de l’article : En fait ils ont choisi les photos où on est les plus moches !

Arrivé au sommet, la casquette de Quentin en moins, on se teste un peu avant de s’élancer ; Marie se rendant vite compte qu’une piste enneigée et bien damée est légèrement différente d’une cendre volcanique…

Pour rattraper le coup et sauver son honneur, Anaïs lui propose de l’accueillir sur sa luge. Les « dos k-sos » s’élancent à vitesse maitrisée, le poids des deux bestiaux ralentissant quelque peu leur progression.

Après une descente courte mais intense, nous ressemblons plus à des mineurs ayant creusé toute la journée à la recherche de charbon. L’appel d’une bonne douche se fait sentir.

photo 8 bis
🎶 …les hommes, des mineurs de fond… 🎶

Nous repartons ensuite en direction de Viejo Leon pour y découvrir les ruines de l’ancienne Leon (et oui), sorte de Pompéi du Nicaragua, en plus petit, moins fournie en vestiges mais plus en fourmis rouges carnivores.

Et pour finir cette journée chargée nous nous dirigeons vers Granada, une très belle ville coloniale, colorée, plutôt touristique, qui nous accueille avec des défilés de troupes de musique et danse locale dans les rues.

28 décembre – Après avoir passé la nuit dans une casa typique de la ville, nous partons à la découverte des différents lieux touristiques du centre ville de Granada, dont l’architecture très hispanique est magnifique : églises, bâtiments historiques…

IMG_0101
Eglise La Merced
IMG_0099
Cathédrale de Granada

Nous profitons même de l’occasion pour apprendre la technique ancestrale de confection du chocolat au musée du même nom, dans un show très américanisé.

Viens ensuite le moment de quitter la ville pour nous diriger vers un des plus grands marchés artisanaux du pays à Masaya. C’est un marché de type souk où il est facile de se perdre (ce que, évidemment, nous avons fait).

photo 11
Artisanat ou made in China ?

Nos emplettes réalisées, non sans hésitations pour Marie, nous partons au crépuscule en direction d’un phénomène naturel assez rare sur terre : le cratère visible d’un volcan actif, où la nuit tombée, la lave en fusion illumine la vapeur d’eau qui s’échappe du cratère d’un rouge vif impressionnant.

IMG_0186
Fantastique !

Nous regagnons ensuite notre cher van garé dans le sens du départ en cas d’éruption soudaine (et oui le volcan étant à ce moment là en risque élevé). Et nous voilà partis à la recherche d’un spot pour dormir, à travers la réserve naturelle toute proche, pour une épopée qu’on ne pouvait imaginer… Nous avons traversé un parc national (8km) pour éviter un détour de 30km de nuit.

Dit comme ça nous aurions dû nous arrêter là mais non… nous avons pris cette route ce chemin au milieu de la forêt ! La piste était horrible : que des chemins de terre avec des trous énormes, des rochers, des déchets, bref. Nous étions secoués dans tous les sens, et nos affaires dans le van « volaient » un peu partout.

Mais le pire reste à venir : nous en avions marre de rouler dans ces conditions… jusqu’à ce qu’on se retrouve sur le bord d’une falaise avec le volcan en face, avec une route très raide à monter et le van qui patine… Nous avons eu la peur de notre vie !

C’est Marie qui conduisait, elle a été courageuse et a su accélérer quand il le fallait. Nous avons ensuite continué les chemins de terre en valdinguant dans tous les sens jusqu’à ce que le van, en pleine ascension,  se stoppe dans un trou, la roue arrière bloquée dans une crevasse.

Il était 21h, nuit noire, en pleine forêt, un van immobilisé et des animaux autour. Joli décor de film d’horreur.

Nous avons essayé de pousser le van en avant, en arrière, il ne bougeait pas d’un millimètre ! Puis, nous avons aussi essayé de soulever le van avec le cric, il s’enfonçait encore plus dans la terre.

IMG_9384
A ce moment là, nous envisagions vraiment de dormir sur place.

Il y avait quelques « maisons » autour, mais par « maison », j’entends des briques et des tôles au milieu du parc naturel. Un homme nous a entendu, et est venu vers nous pour nous aider, par chance !

Un autre homme qui passait par là à pied avec un sac à dos, s’est également arrêté pour nous aider.

A six, nous avons pu sortir le van après moult tentatives avec rochers, branches d’arbres, barre de fer…

Bref, la soirée s’est terminée à minuit dans le premier hôtel miteux que nous avons trouvé, avec un paquet de pâtes fait sur le Coleman dans le van. Nous étions usés mais heureux de s’en être sortis et que les nicaraguayens soient aussi gentils !

photo 13.jpeg
Hotel*****

29 décembre – Direction le ferry pour aller sur l’île d’Ometepe.

Enfin ferry est un bien grand mot : nous étions semblables à des migrants, entassés sur le devant du ferry qui prenait l’eau de tous les cotés.

Nous sommes tant bien que mal arrivés sur l’île d’Ometepe au bout de 2h de traversée. A la recherche d’un spot pour la nuit, nous trouvons le jardin d’un hôtel, peuplé de magnifiques perroquets.

IMG_0199.JPG
Lac Ometepe
IMG_0209
Soyez attentifs, ils sont deux !
img_9394.jpg
Premier réveil dans le van pour Anaïs.

30 décembre – Après-midi chill vers des chevaux au bord du lac, puis direction Ojo di aqua : une piscine naturelle, où nous passerons également la nuit, bien sécurisés par trois gardes armés de mitrailleuses.

IMG_9402
Rien que pour nous au petit matin  !
photo 15
Sur les rives sauvages de l’île Ometepe, connue pour ses deux volcans.

31 décembre – Nous quittons l’île d’Ometepe avec le ferry, direction San Juan del Sur où une très belle petite casa perdue dans une réserve naturelle à quelques mètres d’une plage magnifique, nous attends pour les deux prochains jours.

Viens ensuite le moment tant attendu du Nouvel An : grosse soirée sur la plage, au milieu de la jeune bourgeoisie Nicaraguayenne. Une soirée mémorable remplie d’Amour et de déclarations d’Amour. Nous avons fêté minuit sous une pluie de champagne. L’année commençait bien !

FullSizeRender 2.JPG
Bal de promo
photo 17.jpeg
Bonne Année !

1 & 2 Janvier 2018 – Après un réveil un petit peu difficile, le maitre mot est se reposer et prendre du bon temps : plage, bodyboard, couché de soleil magnifique… Nous étions les plus heureux du monde, et seuls les singes hurleurs venaient mettre une ombre à ce joli tableau pendant la nuit (surtout pour Anaïs).

photo 18.jpeg
On ne s’en lasse pas…

3 janvier – Retour à la capitale : Managua. Sur la route, nous en profitons pour nous arrêter à la chaine de fast-food repérée à plusieurs reprises lors de nos trajets en voiture à travers le pays : « Tip Top Poulet ». Extrêmement gras et … dégueu ! Les 12 heures suivantes seront décisives pour notre transit…

Nous enchainons avec la visite du centre ville aux nombreux Arbres de vie (20 000$ chacun) qui font beaucoup débat dans le pays où la pauvreté est très importante (pays le plus pauvre d’Amérique centrale).

photo 19
Backstage du compte Instagram, devant les Arbres de la vie.

Puis c’est la visite du Musée National où une guide très passionnée nous fait faire tout le tour de la culture et de l’histoire du pays. Anaïs, dissipée, ne pourra pas finir la visite puisque la faim l’appelle…😋

IMG_0409
Palacio de la Cultura

4 janvier – Dernier jour. C’est le moment du bilan pour nous. Dernières discussions gênantes lancées par Marie, dernière douche ensemble pour les filles.

Au moment de la séparation à l’aéroport, nous sommes pris par l’émotion de les laisser, heureux de poursuivre leur aventure mais tout de même un peu tristes de nous voir partir.

photo 20.jpeg
#vanlife

Pour finir, nous sommes certains que ces 12 jours nous ont marqués et rapprochés.❤️

« Le bonheur, c’est de le chercher. », a dit Jules Renard (et oui encore) et je crois bien qu’ils l’ont trouvé pendant leur périple.

photo couverture ?.jpeg

Julien, sur une idée originale d’Anaïs

P.S. : Il paraît qu’Anaïs est devenue la référence de Quentin et Marie pour les situations cocasses durant le reste du voyage ! #ksos (Même si Marie est loin d’être en reste. 😜)

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s